Conseils de lecture

Là où naissent les glaces

Dargaud

24,00
par (Libraire)
21 juin 2022

Recomandé par Etienne et Pierre

Années 80, Marseille. .Max Audibert qui se destine aux études de médecines à une révélation aussi soudaine qu'insolite. Il deviendra chasseur de phoques! ni une ni deux, il s'installe dans un petit village groenlandais et de fil en aiguille deviendra plus Inuit que les inuits. Aujourd’hui instituteur du village et guide, c'est lui qui devient passeur des traditions autochtones. Un récit passionnant, souvent drôle et tantôt tragique servi par le superbe travail de dessin et de couleurs de Simon Hureau.

Une belle réussite pour toute la famille ! Et pour prendre le frais !!


Jim THOMPSON, Thomas OTT

La Baconnière

26,50
par (Libraire)
9 juin 2022

Recommandé par Etienne

L'exquise noirceur du roman de jim Thompson illustrée magistralement par l'incroyable Thomas Ott !!

Pulp fiction...


13,90
par (Libraire)
24 mai 2022

Recommandé par Pierre

Un homme, un voyageur, un étranger dont nous ne savons rien, part sur les routes à la rencontre de bien étranges jardiniers.
Leur territoire se nomme Jardins statuaires, il est composé de nombreux domaines régis de manière autonome, avec à sa tête un doyen – homme - ,des jardiniers, hommes toujours et des femmes, comme absentes, cachées. Il y a des lois, des rites immuables si profondément ancrés dans la terre que rien ne saurait les abattre. Et ces cultures étranges, des statues d'un blanc d’albâtre, représentations de nymphes, déesses, héros et héroïnes aux postures alanguies ou martiales ; cultures contraintes s'échinant à échapper au contrôle des hommes : difformes, marquées par l'absence – d'un bras, d'une tête - des statues de pierre qui poussent en sortant d'elles mêmes, hors de tout contrôle, à la manières des ronces ou d'herbes folles.

Le voyageur, curieux de tout, fasciné, révèle l'ombre derrière les règles millénaires. S'évertuant à tout noter, tout fouiller, avec la foi insensée de l'archiviste, il creuse le cœur de cette société, jusqu'en son crépuscule.

Un écriture dense, atypique dans les genres de l'Imaginaire. Un roman culte,


Olivier Domerg

Le corridor bleu

18,00
par (Libraire)
18 mai 2022

Recommandé par Charlotte

Un face-à-face majestueux entre la montagne et le poème.

Voilà bien longtemps que je n'avais pas été autant époustouflée par une langue, sa précision, sa minutie élégante et Généreuse.

Dans cet ensemble de proses, notes et chants Olivier Domerg s'en viennent gratter la roche, le flanc, l'usure, les gros-grains et les interstices, chaque centimètre de mont que l'on peut percevoir, apercevoir, ressentir à l'œil nu, chaque point de vue qui s'offre à la même montagne, chaque arpentage, chaque lumière.

Domerg part d'une focale large pour rétrécir, toujours, encore plus son motif et s'approcher au plus infime de la roche, du chemin, du paysage.

Un motif que l'on vient gratter gratter gratter sans jamais laisser son lecteur, revenir au même endroit du lieu pour en saisir le plus invisible.

Comme la glace, la banquise dans " Un monde sans rivage" d'Hélène Gaudy, ici, c'est le vocabulaire de la montagne et des paysages des Hautes-Alpes qui vient gonfler nos besoins avides d'espaces, de peau, de langue.

Une poésie accessible et inventive. Une grosse claque !


17,50
par (Libraire)
5 mai 2022

Recommandé par Pierre

" Les républicains marchent sans prédécesseurs ; ils marchent sans rien savoir de ce qui se tient au bout du chemin ; ils marchent en posant un pied puis un autre, et, entre chacun de leurs pas, des armées se dressent pour que le monde reste ce qu'il est. "

A propos de Danton et Robespierre :

"L’Histoire les bâtira rivaux irréductibles, mais l’Histoire n’est jamais qu’une façon pour les puissants de continuer à faire les poches aux morts."

"Ce fût à Paris, rue de Saintonge, ou bien dans une maison à Charenton. Danton a juré de ne s'être jamais enrichi sur le dos de la Révolution ; il a fait reproche à Robespierre de partout surprendre des conspirations ; il a dit oublions nos ressentiments, il a dit marchons sur la même ligne ; il a dit notre division verra ta perte avant six mois ; il a dit édifions une République qui sache pardonner l'erreur ; il a dit que la République ,ainsi, sera aimée de tous et même de ses ennemis. Robespierre a répondu qu'avec pareille morale on laisse la voie libre aux coupables."

J. Andras in Pour vous combattre, Actes sud, 2022


S'il a pu dans Nos frères blessés (Actes sud, 2016) broder à son récit des éléments fictionnels, Joseph Andras préfère le titre d'écrivain à celui de romancier. Ici, son approche de la Révolution française, se centre autour des personnages de Desmoulin, Danton et Robespierre, du combat entre les "cléments, les indulgents" et les "exagérés" s'attachant à dépeindre la "lutte terrible, brutale, pour la justice sociale. Contre les puissants."
Ce faisant, il tire le fil de l'Histoire, empêche que ne se coupe le lien fragile qui, d'hier à aujourd'hui, contient dans sa mesure le sens de ce que " république" à pu signifier pour ceux qui consentirent en son nom à autant de terribles sacrifices.