Charlotte D.

par (Libraire)
8 décembre 2021

Recommandé par Pierre

Chine, révolution culturelle. Une femme, scientifique est envoyé en "rééducation" dans un mystérieux laboratoire au cœur du pays.
60 ans plus tard, un officier enquête sur des meurtres, suicides et disparitions d'éminents scientifiques, ingénieurs et astrophysiciens, à travers le monde.
La progression de l'enquête l'amène a participer à un jeu en réalité virtuelle caché aux yeux du monde et dont l'objectif demeure secret. Etudiant les indices peu à peu dévoilés, il met à jour une découverte devant changer la destinée de l'humanité.

Politique, réalité virtuelle, enquête sont les mots clés de cette série de hard science mondialement acclamée, l'une des toutes meilleurs de ces dernières années !

Tome 2 : La Forêt sombre
Tome 3 : La Mort immortelle

par (Libraire)
8 décembre 2021

Recommandé par Pierre

Aventure, action, la rivalité entre Athène et Sparte, des héros condamnés à mourir jeunes tentant de se rendre immortels dans l'Histoire, une trame politique prenante.

Un classique de la fantasy en 4 volumes, dès 14 ans.

Pierre

8,30
par (Libraire)
7 décembre 2021

Corps & paysage.

Comment peut-il y avoir autant de mélancolie et de grâce, de pudeur et de déchirures dans le corps et les paysages qui habitent ce livre ? Je vous en parle pour la deuxième fois par ici car il y a vraiment une force subjugante dans l'écriture de ce roman américain. Du Jim Harrison ( mon préféré celui de Sorciers ou d'Un beau jour pour mourir.. )... Il y a une grâce puissante dans cet air de ne toucher à rien d'autres qu'aux interstices entre les hommes, les secrets, les lacs, les montagnes, les reflets sur la glace... On y questionne la religion, les villages, les oublis, les femme battues, les amitiés, la pardon et la confiance, les lisières de l'amour, l'effleurement du désir, les solitudes mais tout se fait dans la délicatesse de ce que contiennent les montagnes, les sentiers, les aubes et les oscillations de l'eau sous la glace qui avance... Une héroïne blessée, pudique dont le corps cahotant cristallise notre infini besoin de bienveillance, de réconciliation et de mélancolie... Il est rare que je mette plus de quelques jours à lire un livre mais celui ci a accompagné les 3 dernières semaines et il m'a rendu heureuse... Parfois n'en lire que quelques lignes et rêvasser à la suite de l'envoûtement que procure cette langue si proche des paysages pendant quelques heures, puis reprendre la lecture, être Las- bas dans la montagne, sentir mon corps souffrir comme le sien, les leurs et vouloir que ça ne s'arrête pas tellement est belle cette mélancolie du personnage mêlée au paysage... Une intrigue disséminée méthodiquement qui donne au livre ce rythme lancinant et pourtant assez de suspens pour toujours y revenir, délicatement, précisément, comme les secrets, les doutes, les attirances... Un des plus beaux livres de cette année...

Charlotte

par (Libraire)
7 décembre 2021

Addictif !

Passionnant, addictif, une analyse presque en temps réel de notre société actuelle : macronie, gilet jaune, fin du PS, darknet. Un petit cousin Germain du génial roman de Pierre Ducrozet : L'invention des corps. Un texte ultra moderne, rythmé, impeccable ! On adore !

Pierre

18,00
par (Libraire)
7 décembre 2021

Invention. Innovation. Couture. Singer. XIXe siècle. Révolution industrielle. Travail. Capital. Biographie. Histoire. Mère. Aliénation. Politique. Lutte intestine. Asservissement. Progrès technique. Révolte des Canuts. Exposition universelle. Philanthropie. Aveuglement. Enfance. Exploitation. Dénuement.

Autant de mots posés comme autant de pièces de tissus, assemblées, croisées, tressées, cousues, avec force, avec émotion. L'autrice nous raconte ici la destiné d'un homme, tailleur, inventeur de la machine à coudre, amené à périr seul et désargenté, dans l’indifférence générale, malgré le caractère révolutionnaire de son invention.
À la rigueur historique de la biographie de Barthelemy Timonnier, l'autrice insère les fragments, les souvenirs touchants et pudiques d'une mère aimante enchaînée au métier.

On finit le récit avec le sentiment que l'Histoire ne cesse de se répéter. Que la vie de Thimonnier, génial ouvrier disruptif certain de sortir de sa condition, cette vie, nous l'avons déjà vue, déjà connue ou observée. Par morceaux, par fragments. Que ceux qui le spolièrent de son travail, ceux qui condamnèrent ses inventions sont les mêmes. Et qu'ils le firent pour les mêmes raisons. Le joug, la nécessité, l'avidité. Cette vie, leurs vies, ce sont les nôtres.

Pierre