22,00
par (Libraire)
31 octobre 2020

Pour affronter le monde qui vient...

"Peut-être parce que dans ce livre, j'ai retrouvé ça : le calme de l'instant, le positionnement et l'absence, l'oubli du réel, peut-être parce que pendant quelques heures j'ai su ça : lâcher prise, mais peut être également parce qu'il y a dans ce livre le désespoir et la tempête, la joie et l’humour, la vie pleine puis le vide, parce qu’Emmanuelle Carrère est un génie de l’angoisse obsessionnelle, parce qu’il écrit cette phrase là peu commune au final :
" L'amour est compliqué pour moi comme je suppose pour tout le monde, pas le sexe qui est au bout du compte le mode de relation humaine dans lequel je suis le plus à l'aise et me montre sous mon meilleur jour. Je n'y attache aucune culpabilité, c'est un refuge et pas un gouffre."
Peut-être parce qu’il parle du yoga comme on pourrait parler de psychanalyse, peut-être parce qu’il parle de ces cerveaux – turbine parfois si difficile à débrancher, peut-être parce qu’il trace là un chemin dont on peut perdre les contours et vaciller, peut-être pour toutes ces raison là et pour la puissance de la langue, des fulgurances et de la précision des émotions, de cette introspection folle peut-être pour tout ça, ai - je aimé ce texte un peu fou de Carrère... Ce chemin autour d'une vie, ce temps de la bascule, quand, d'heureux que l'on croyait être, arrive le temps de la dépression, quand créer devient tempête, quand l'amour nous brusque et nous bouleverse. De ce texte, j'ai aimé le balancement, l'érudition généreuse, le détachement du moi, et son échec…
Pour toutes ces raisons, ce livre est, pour moi, une importante lecture.

Tous les conseils de lecture

Avec Éric Vuillard
Le , Librairie La vie devant soi

None

Tous les événements