Notre quelque part roman

Nii Ayikwei Parkes

Zulma

  • par (Libraire)
    30 novembre 2021

    Un roman dépaysant et revigorant !

    Enquête policière et conte africain se répondent dans ce premier roman du ghanéen Nii Ayikwei Parkes.

    Un jeune médecin légiste ghanéen tout juste rentré d'Angleterre où il a fait ses études, se retrouve sous la contrainte d'un inspecteur principal ambitieux et vénal à mener une expertise médico-légale dans un village près d'Accra.
    Si la découverte pour le moins surprenante de la victime, dans la case de Kofi Atta, homme solitaire, porté disparu depuis peu, le conduira à résoudre l'affaire de façon inattendue, elle lui permettra de renouer avec ses racines auprès de Yao Poku, vieux chasseur et conteur volubile.

    Charlotte


  • par (Libraire)
    24 juin 2021

    Conseillé par Chloé et Stéphanie

    À la découverte d’un autre quelque part… Nii Ayikwei Parkes nous emmène au Ghana et nous montre la rencontre entre la civilisation du monde moderne et technologique avec la vie de la brousse, pleine de traditions, de croyances et de superstitions. Cette rencontre est menée par Yao Poku, un vieux chasseur qui va nous raconter la vie du village et Kayo, un médecin légiste venant de la ville ; une étrange affaire de disparitions vient de se produire au village, la police ne souhaitant pas réellement connaître la vérité, c’est Kayo qui va être chargé d’enquêter sur cette affaire.
    Nii Ayikwei Parkes amène encore plus d’ampleur à ces deux mondes en oscillant entre les langues très soutenues ou très orales de ses personnages et nous offre une belle critique sociale de son pays, le Ghana.


  • par
    21 juin 2016

    Kayo, de son vrai prénom Kwadwo est allé faire ses études en Angleterre et est revenu au Ghana pour travailler. Mais, il bosse pour un laboratoire n'ayant pas été recruté pour être médecin légiste à Accra la capitale du pays. Un concours de circonstance l'amène à enquêter dans ce village. Fort de son éducation, il aurait pu snober les habitants, mais au contraire, il les écoute et c'est ainsi qu'il avancera dans ses investigations. J'ai souvenance d'une nouvelle parue dans un recueil "Nouvelles de Côte d'Ivoire", dans laquelle, un peu de la même manière, un jeune golden boy revenait dans son village d'origine et retrouvait les gestes et le goût de la simplicité, des croyances et des coutumes de ses aïeux. C'est la rencontre de deux mondes, le Ghana ancien et le moderne que nous narre Nii Ayikei Parkes. Il décrit fort joliment l'un comme l'autre et le télescopage n'est pas si violent que cela, avec de l'écoute et de la compréhension, les deux mondes se côtoient et vivent ensemble.

    Pour raconter son histoire, le romancier joue avec les codes du polar, puisqu'enquête il y a, avec les plaies de certains pays d'Afrique - pas chez nous, non, nous en Europe... c'est comment dire ? c'est pas pareil - : corruption, intimidation, régime autoritaire qui ne supporte donc pas la moindre contrariété ou contradiction, argent qui passe de mains douteuses en d'autres mains douteuses, avec les codes du roman d'initiation, du conte du griot et avec les différences entre les cultures occidentale et africaine. C'est très bien vu et très bien fait. C'est assez drôle dans les dialogues, léger et vif :

    "Bon, mon ami, veuillez décliner vos nom, prénoms et profession.

    - Kayo Odamtten. Je travaille dans un laboratoire scientifique.

    - C'est ça le nom que votre père a trouvé pour vous faire sortir au grand jour ?"

    Il y avait dans la voix du sergent un mélange d'agacement, d'amusement et de cynisme.

    "Donnez-moi votre vrai nom.

    - Kwadwo Okai Odamtten." (p.75)

    La langue de Nii Ayikei Parkes est métissée lorsqu'il fait parler ou intervenir Yao Pokou, le vieux chasseur du village. Je dois même confesser que le premier chapitre m'a troublé, déstabilisé, mais je voudrais inciter ici tout futur lecteur à passer au-dessus de cet éventuel écueil, parce que la suite vaut le détour, largement, très largement, très très largement. Il faut saluer le travail de la traductrice Sika Fakambi qui a dû se torturer les méninges pour reproduire la vitalité et le métissage du style de l'auteur.

    Encore une fois les éditions Zulma publient un très joli livre, dépaysant, original, formidable. Et en plus, il sort en poche... Pourquoi se priver ?